Apprendre le roller : En toute sécurité

Apprendre le roller en toute sécurité

Aujourd’hui je vais vous expliquer comment apprendre à faire du roller facilement. Contrairement aux autres sports de glisse, le roller n’est pas un sport facile au premier abord. Les premiers pas en roller sont en général compliqués. Ne vous étonnez pas si votre première expérience avec vos rollers est difficile. Je ne connais personne qui soit monté sur ses rollers et que tout se soit passé comme sur des roulettes.C’est pour cela que j’ai décidé de vous proposer “ce petit” article de blog sur comment apprendre faire du roller facilement. Je vous partage mes astuces et mes bonnes pratiques pour commencer le roller.

Apprendre le roller de 7 à 77 ans ?

Pour apprendre le roller, il faut mieux commencer le plus jeune possible. J’ai pu constater après avoir entraîné des centaines de personnes que ceux qui avaient commencé le roller jeune avait plus de facilités à progresser.

Mais ne vous en faites pas rien n’est perdu si vous apprenez le roller passé 18 ans. Même si je vais mettre un petit bémol. Je ne recommande pas de débuter le roller après 40 ans. Avec l’âge, les risques augmentent : la souplesse, les réflexes diminuent et la peur de tomber s’installe. Les os sont beaucoup moins résistants et une chute peut entraîner des blessures plus ou moins grave.

Pour contre balancer mon propos de futur trentenaire arrogeant envers mes aînés, je voudrais citer en exemple mon amie Anna qui a commencé le roller à 55 ans. Comme m’a dit Anna : « J’ai arrêté le roller street (roller acrobatique) à 60 ans ». Vous voyez, c’est donc tout à fait possible de commencer le roller après 40 ans. Après c’est à vous de juger.

Le roller les premiers pas difficiles

Premier pas en roller

Si vous avez déjà chaussé des rollers, vous avez pu remarquer la difficulté de rester debout sans osciller.

Contrairement aux autres sports de glisse où il suffit simplement de monter, par exemple, sur votre vélo (grâce aux fameuses roulettes de votre enfance), votre skateboard ou votre trottinette… Là, c’est beaucoup plus compliqué. Le roller nécessite un temps d’adaptation. On n’apprend pas à faire du roller de façon instantanée. Il va vous falloir du temps pour trouver votre équilibre.

En moyenne, il vous faudra environ une dizaine d’heures d’efforts et de persévérance pour pouvoir vous sentir à l’aise sur ses rollers. Quand je parle d’être à l’aise : c’est simplement de rester debout et pouvoir se déplacer de façon à peu près coordonnée pour ne pas dire gracieuse.

Apprendre le roller en toute sécurité

S’il y a bien une chose que je vous garantis dans vos premières tentatives de roller c’est que vous allez tomber. Je vous recommande donc de mettre des protections et quand je parle de protections, je vous parle de la panoplie totale : le casque, les protège-poignets, les protèges genoux, les protège-coudes et les gants. La sécurité avant tout.

Quels exercices faire lorsqu’on se lance dans le roller ?

Se lancer en roller

Le premier exercice pour apprendre du roller est assez simple : mettez-vous sur vos rollers et lâchez-vous ! Essayez de rester debout, stable, immobile. Au départ, une fois les amarres largués, vous allez osciller comme bercer par un léger roulis tantôt vers l’avant tantôt vers l’arrière. L’objectif ici est de prendre confiance en soi, de dominer le mouvement.

Une fois que vous êtes OK avec cette étape, vous êtes prêt à avancer. Comme la plupart des débutants vous allez essayer naturellement d’imiter la marche. Alors qu’en roller cette démarche n’est absolument pas la marche à suivre. Mais c’est quand même la première marche à franchir sur le chemin de l’apprentissage du roller.

Quand, j’initie les “grands débutants”, je leur propose comme second exercice de faire quelques allers-retours. Aller de l’avant sur quelques mètres, faire demi-tour, revenir à son point de départ et recommencer. Je sais, cet exercice n’est pas dans la gamme de tous les exercices le plus fun du monde mais il est à la portée de tous, vous donne la bonne mesure et j’obtiens de bons résultats. Progressivement votre technique va évoluer vers le « pas du patineur » comme je vous le présenterai dans quelques lignes.

Les deux règles d’or du roller

Il y a deux règles de base du roller : fléchir et décaler. Vous devez avoir en permanence les genoux fléchis et les pieds décalés.

Pourquoi avoir les genoux fléchis ?

Alors c’est très simple ! Vos genoux servent d’amortisseurs. Par exemple, vous allez rouler sur une bosse car le béton est irrégulier voir dégradé. Vos jambes fléchies, vont jouer le rôle d’amortisseur. Vous allez pouvoir absorber les chocs facilement.

Si vos jambes sont bien droites et raides comme c’est si souvent le cas chez les débutants, vous allez être totalement déstabilisé et gare au mal de dos.

Pourquoi avoir les pieds décalés ?

Décaler ses pieds c’est avoir un pied en avant et ‘autre en arrière. Vous allez me dire pourquoi faire ? Et vous avez raison de me poser cette question. Imaginons la situation suivante vos deux pieds sont au même niveau comme vous auriez envie de le faire spontanément. L’un de vos patins se bloque car il est tombé dans un trou. Si vos deux pieds sont au même niveau, il est fort probable que votre second patin tombe également dans le trou. Là vous allez être projeté en avant et là c’est la chute. Cela va faire mal !!! Elles sont où vos protections ?

Au contraire, si vos patins sont décalés, lorsque votre premier patin va se bloquer, le second en retrait pourra échappera à ce mauvais sort. Par réflexe votre pied arrière va enjamber l’obstacle et naturellement passer devant. Ceci va vous permettre, sans que personne s’en aperçoive, de vous rattraper, d’éviter la chute et de poursuivre votre course en avant.


Le pas du patineur : pour avancer efficacement en roller

Passons à ce troisième exercice qui va vous permettre d’avancer efficacement : Le pas du patineur. A présent vous vous tenez debout en équilibre, les jambes bien fléchies et souples, allez-y !

Lancez votre jambe d’appui vers l’arrière de façon oblique au sol et le patin perpendiculaire à votre direction pour obtenir la meilleure adhérence. Plus vous pousserai vers l’arrière plus votre mouvement sera efficace et vous donnera de la vitesse. Faites le même mouvement avec la jambe avant pendant que la jambe arrière passe devant et ainsi de suite.

Je vous recommande durant les premières séances d’essayer uniquement de vous déplacer avec vos rollers en utilisant cette technique pour bien l’acquérir. Ce moment le moment le plus important de votre apprentissage. Avoir le bon mouvement dès le départ c’est l’avoir pour toute la vie.

Trois exercices pour bien débuter

Voilà, les trois exercices que je vous propose pour apprendre à faire du roller correctement. Comptez une dizaine d’heures de pratique pour acquérir les techniques de bases. Vous verrez, si vous suivez mes conseils, ce n’est pas si difficile qu’il n’y paraît. Vous savez maintenant ce qui vous reste à faire. A votre tour d’essayer.

Apprendre le roller : Savoir s’arrêter.

C’est bien beau de savoir se déplacer sur du plat et de prendre de la vitesse. Encore faut-il apprendre à freiner. Ce n’est pas comme le vélo, Vous ne pouvez pas tout simplement serrer les freins pour réduire votre vitesse ou vous arrêter. Ici, c’est un peu plus complexe, un peu plus funny ; car pour l’anecdote j’ai recensé plus de 30 méthodes pour freiner en roller.

Je vais vous apprendre les techniques les plus faciles pour commencer le roller

Frein tampon ou pas ?

Frein de roller

Le frein tampon : c’est le petit morceau plastique placé à l’arrière de vos rollers. Personnellement, je ne l’utilise pas. Même si cela paraît bien pratique je vous encourage à le retirer le plus rapidement possible.

Pourquoi ? Utiliser le frein tampon est une méthode de freinage qui va permettre uniquement de ralentir progressivement. Il ne permet pas vous arrêter rapidement, ce n’est pas un frein d’urgence. Par exemple, si vous êtes dans une situation suivant : vous devez vous arrêter rapidement parce qu’une voiture risque de vous couper le passage. Oublier le frein tampon… à moins de vouloir aller embrasser le capot.

Comment utiliser le frein tampon ?

Si vous souhaitez tenter l’expérience, voici une méthode très simple. Il va falloir décaler ses pieds (encore) et une fois que vous êtes en position décalée il va falloir mettre tout votre poids vers l’avant en soulevant votre roller avant de telle façon que le frein tampon touche le sol et maintenir cette position jusqu’à temps que vous soyez arrêté ou que vous ayez ralenti suffisamment.

Vous avez compris, je ne suis pas un grand fan du frein tampon parce que je trouve ça très limité ça ne vous permet pas de vous arrêter rapidement notamment dans les pentes. Au mieux ça vous ralentit.

En plus, pour apprendre à réaliser des figures plus complexes, de belles figures, le frein tampon va vous gêner voire vous empêcher de les réaliser. C’est le cas avec les spins ou la toupie en français. Essayez donc de les exécuter avec le frein tampon monté sur vos rollers !

Freiner : Les principales figures

En roller, il existe d’autres méthodes qui permettent de s’arrêter plus efficacement.

Le freinage en T

Le freinage en T ou en L est la méthode la plus connue pour freiner en roller.

Même si ce n’est pas un freinage au sens strict du terme. On parle plus de méthode pour ralentir.

Pour maîtriser le freinage en T, que faut-il faire ?

Il va falloir prendre un peu de vitesse (oups). Une fois votre allure suffisante, vous allez avec votre jambe arrière (vous êtes bien évidemment en position décalée :-p) la lancer loin derrière vous. Puis placer votre patin de façon oblique au sol et le déposer sur le sol. Votre patin doit frotter légèrement sur le sol. Si vous appuyez fortement, vous allez avoir l’impression que l’on vous arrache la jambe. Cela vous faire tout drôle la première fois !


Le fait de le faire traîner va vous permettre de ralentir. C’est logique, les roues ne roulent plus elles frottent. L’inconvénient de cette méthode est le même que celui du frein tampon. C’est une méthode qui va vous ralentir mais en aucun cas qui va vous permettre de vous arrêter à moins d’appuyer comme une brute (et de perdre votre jambe ). Je vous pose la question : Aimez-vous la souffrance ?

Néanmoins, avec ces deux types de freinage vous allez pouvoir gérer 90 % des situations. Pour les 10 % qui reste je vous recommande apprendre ce qu’on appelle les freinages d’urgence.



Freinage d’urgence ou slide

Alors ne soyez pas du tout impressionné par ce nom: “freinage d’urgence”. C’est un groupe de techniques qui vont vous permettre de vous arrêter rapidement sur une distance courte et avec précision.

Le powerslide est le freinage d’urgence le plus connu. Je ne vais pas entrer plus dans le détail car le powerslide demande un niveau plus élevé.

Mais si vous voulez plus d’informations sur cette figure, vous pouvez regarder ma vidéo ou mon article.


Comment s’arrêter en douceur

La communauté de riders s’accorde à dire que les freinages d’urgence ou le freinage en T vont abîmés vos roues. C’est tout à fait vrai, les frottements ça use !. C’est pour cela qu’il existe des méthodes pour s’arrêter sans freiner.

Si vous voulez apprendre le roller : je vous recommande “le pingouin inversé”. C’est l’une des techniques les plus simples pour s’arrêter sans freiner.

Dans les grandes lignes ce qu’il va falloir faire :

  1. Lancer le pied de votre choix devant vous ;
  2. Touchez le sol de façon oblique ;
  3. Lancez votre autre patin devant vous ;
  4. Refaire la même opération jusqu’à que vous soyez arrêté.

Cette technique est très pratique quand vous pouvez anticiper les obstacles. Concrètement, j’utilise cette technique pour m’arrêter au passage pour piéton. Il n’y a pas de passages pour piéton qui apparaissent soudainement. Je peux anticiper et amorcer le mouvement.

Au départ ce mouvement n’est pas forcément très facile à faire car il faut être un peu contorsionniste. Mais vous allez voir, cela s’apprend vite.

Je vous mets ma vidéo pour plus d’information :


Bien patiner c’est être assidu

L’assiduité fait la différence entre un bon patineur et un rider moyen. Parmi mes amis riders, j’ai quelquefois eu des amis jaloux de mon niveau. La seule différence entre eux et moi était mon assiduité dans ma pratique du roller. Il était donc normal que je progresse plus vite qu’eux.

Si vous voulez apprendre le roller, la régularité est le facteur indispensable de la réussite.

Si vous faites du roller régulièrement au début, normalement, au bout de quelques semaines, vous allez pouvoir être autonome en ville.

Dans le cas où vous mettez vos rollers une fois tous les 36 du mois, ne vous étonnez pas de ne pas progresser. Les premières semaines sont importantes. Je vous recommande d’en faire à chaque occasion mais deux fois par semaine est correcte. Et ne dis pas que vous n’avez pas le temps. Non!!! Ce n’est pas vrai on a toujours le temps.

Par exemple, j’utilise toujours mes rollers pour faire mes courses, pour aller au travailler, pour acheter mon pain… Je prends n’importe quelle occasion pour pouvoir faire du roller. Une seule exception : Roller sous la pluie. Pour ma part j’évite.

Vous l’avez compris le facteur clé de succès est la régularité. Vous allez voir si vous en faites souvent : vous allez progresser de rapidement, facilement et naturellement.

La peur de tomber en roller

Apprendre le roller cela peut faire peur. La peur de tomber en roller ou en patins à roulette

est toujours présente et ce quel que soit votre niveau. Moi-même, je n’échappe pas à la règle. Même si je fais du roller depuis des années, il m’arrive d’avoir peur de tomber.

Et oui, cette peur ne disparaît jamais totalement. Elle s’atténue mais elle ne disparaît pas, elle reste tapit dans un recoin de votre tête, prête à vous rappeler à l’ordre à la moindre opportunité. La peur étant un mécanisme biologique qui vous permet d’éviter de vous mettre en danger c’est donc totalement normal d’avoir peur.

Lorsque l’on commence le roller votre peur peut être totalement exagérée par rapport au danger.

L’anecdote

Les adultes ont généralement plus conscients du danger que les enfants. Les enfants gambadent sur leurs petits patins en criant. “Même pas peur!!!”

Comment gérer sa peur en roller?

Ce qu’il va falloir faire pour maitriser sa peur. Déjà l’assiduité et la pratique vont vous permettre de réduire de façon significative votre peur de tomber.

Plus vous allez être confronté à de nombreuses situations. Plus vous allez acquérir de l’expérience. Plus vous allez emmagasiner de l’information. Vous allez augmenter votre confiance en vous donc réduire la peur d’échouer ou de la chute ou de la vitesse.

Le ridicule ne tue pas

Une autre crainte qui est aussi présente chez de nombreux riders et là qui est totalement irrationnelle. C’est le regard des autres : être jugé ou pire encore être ridiculiser. Ah la calamité des smartphones ! Combien sont-ils à me filmer ? Combien vont-ils en rire, à se moquer si je viens à tomber lourdement ? Que vont penser les passants, les amis, mon amoureuse ? Beaucoup de gens par exemple vont être convaincu que lorsque vous faites du roller et que vous tombez les gens vont se moquer de vous.

Je ne le pense pas. Je ne l’ai pas constaté. Pour vous dire, je suis quelqu’un qui tombe beaucoup parce que je fais du slide (‘dérapage en roller’). Raté un slide en roller, c’est une chute assurée. Je vais vous raconter une petite histoire qui m’est arrivée. Un jour, je me suis effondré devant la Sorbonne. La Sorbonne un samedi après-midi c’est ultra bondé et je me suis retrouvé par terre. Je vais vous dire : rien, pas un regard, personne pour se moquer de moi. C’est à peine si quelqu’un a remarqué que j’étais tombé. Je me suis relevé dans l’indifférence la plus complète. En général, les gens ne font pas attention à vous donc concentrez-vous sans appréhension sur votre patinage.

Acheter des rollers

Avant de vous quitter, je souhaite aborder un dernier sujet. Quels rollers faut-il acheter pour apprendre le roller.

C’est une question que l’on me pose régulièrement sur ma chaîne youtube ou quand je donne des cours.

Si vous n’êtes jamais monté sur des rollers, je vous recommande de ne pas investir une fortune dans des rollers milieu ou haut de gamme. Les rollers basiques de décathlon/oxelo feront l’affaire. Cela vous permet de ne pas vous ruiner si au final vous n’aimez pas le roller.

Ensuite si vous kiffez le roller comme moi, je vous recommande de passer sur des rollers de milieu de gamme ou du haut de gamme si votre budget vous le permet. Si vous voulez en savoir plus sur les rollers que je vous donne le lien vers mon article.

Synthèse

Je vous ai donné quelques pistes et astuces pour commencer le roller en toute sérénité. Si je devais retenir de cet article qu’un seul élément, je vous dirais que la clé du succès est la régularité. Soyez assidu si vous voulez apprendre et progresser sur vos rollers. Le roller n’est pas un sport qui se dompte rapidement. Ce n’est pas comme le vélo. Pour progresser trois mots d’ordre : pratiquer, pratiquer et pratiquer.

Si vous voulez aller plus loin avec moi : je publie chaque semaine une newsletter en vidéo pour progresser en roller. Inscrivez-vous en remplissant le formulaire juste en dessous.

Articles similaires

  • Hello amis rider, on me demande souvent sur ma chaine Youtube comment commencer le roller. Aujourd’hui, je vous donne toutes les astuces pour bien débuter…
  • Le freinage “le parallèle” est le freinage que tout le monde veut apprendre. Ca tombe bien !  Le sujet du jour : “comment apprendre à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *